Afin d’assurer la sécurité financière d’un proche, il est important de réaliser une demande d’assurance vie. Celui-ci est réalisé dans le cas d’un décès proche ou tout simplement avant. C’est un moyen particulièrement pratique que le descendant puisse profiter d’un bel avenir.

Principe de l’assurance vie

Par définition, l’assurance vie est un placement financier qui va permettre au demandeur de réaliser une épargne d’argent. Cette épargne sera transmise à un bénéficiaire dans l’éventualité où le souscripteur traverse des évènements majeurs comme la mort ou bien la survie. L’assurance vie va lui permettre d’engendrer un intérêt selon le type de contrat qu’il a effectué. La somme de cet intérêt est déterminée objectivement par le capital que le demandeur a investi. Le principe de cette pratique est très simple. La personne intéresser se souscrit volontairement à l’assurance chez une agence d’assurance. Par la suite, cette personne y verse une somme d’argent (selon son choix) pour ensuite pouvoir le donner à un bénéficiaire en cas de force majeure.

Pour la demande d’assurance vie, il existe 5 acteurs fondamentaux qui sont liés de loin ou de prêt à cette assurance. En général, il y a le souscripteur, cette personne est celle qui veut réaliser l’assurance vie. Cette dernière peut bel et bien être pour lui ou pour l’un de ses proches. Puis, il y a l’assuré, sur cette personne se pose le risque de mort ou d’accident. Elle peut à la fois être l’assurée et le souscripteur. Ensuite, il y a le bénéficiaire, cette personne est celle que le souscripteur a designer comme propriétaire de la somme versé en cas d’une mort subite. Elle peut être : la femme, l’époux, les descendantes ou même les ascendants du souscripteur. Les informations relatives à cette personne et déterminées à l’avance lors de la signature du contrat d’assurance. Il y a aussi l’assureur, c’est lui qui propose l’offre et qui s’engage à verser l’épargne lors des malheureux évènements. Sans oublier le courtier, celui-ci est l’intermédiaire entre le souscripteur et l’assureur. C’est lui qui s’assure que la somme que le souscripteur a versée sera bel et bien offerte à son bénéficiaire.

Déroulement de la demande d’assurance vie

La personne réalise la demande d’assurance auprès des agences ou des entreprises qui propose des services d’assurance. Elle signe un contrat dans le lequel il est stipulé que l’argent qu’elle va verser sera remis à un bénéficiaire bien déterminer. Ensuite cette personne verse une somme d’argent à l’assureur. Par contre, le montant de ce versement n’est pas défini, c’est selon le choix du souscripteur. Il peut aussi le payer comme bon lui semble, hebdomadairement, mensuellement ou encore annuellement. Avec une assurance vie, 2 cas peuvent se présenter, soit l’assuré meurt, soit il vit. Dans le premier cas, la totalité de la capitale ainsi que les intérêts sont directement remis au bénéficiaire. Le contrat ne sera plus valide, il sera donc dénoué. Dans le second cas, le titulaire ou encore le bénéficiaire peuvent parfaitement récupérer la totalité du somme. Ils peuvent reprendre ce somme s’ils veulent réaliser un projet.

Souscription à une assurance vie

En général, la durée d’un contrat d’assurance vie n’est pas déterminée. Dans l’application, les entreprises d’assurance fixent une durée qui peut parfaitement être prolongée. Ce contrat peut être dénoué à tout moment par les personnes concernées. Par principe, cet argent verser sera investi et cet investissement peut être réalisé sous 3 formes bien définies. Au départ, le souscripteur doit verser une somme initiale. Ce versement peut être réalisé par chèque par prélèvement ou encore par virement. La seconde forme c’est un versement libre, dans celui-ci, la somme, la date, le mode de payement ne dépend que du choix du souscripteur. La dernière forme c’est le versement programmé. Dans celui-ci, le souscripteur définit lui-même un montant à payer et une fréquence de payement. Cette dernière peut être effectuée, mensuellement, trimestriellement, semestriellement ou encore annuellement. Cela lui permet de profiter et d’investir dans un meilleur contrat d’assurance vie. Dans toutes les éventualités, le demandeur peut parfaitement interrompre le versement ou bien de changer sa forme de payement, cela de son propre gré.

Assurance vie Droit de succession

Quand on obtient un bien à l’issu d’une succession, on est tarifé par les droits de succession. Ce tarif suit un barème déjà défini par la loi. Ce barème varie en fonction du lien de parenté avec la personne qu’on hérite.

Principe du droit de succession

Pendant la mutation d’un patrimoine de défunt, des impôts seront prélevés au successeur. Ces impôts suivent généralement des règles fondamentales et bien définies. Dans un premier temps, le taux prélevé comme droit ne sont pas les mêmes pour tous les héritiers. Par exemple, les impôts payés par une personne qui hérite ses parents sont bel et bien différents à ceux d’une personne qui hérite un parent proche comme un oncle ou une tante. En effet, plus les liens de parenté sont loin, plus le taux est particulièrement important. En second lieu, chaque successeur peut entièrement obtenir un abattement sur les droits de succession. Cet abattement est déterminé à partir des liens familiaux entre le défunt et l’héritier.

Assurance vie Calcul des droits à la succession

Plusieurs étapes sont à réaliser afin d’obtenir un calcul exact des droits de succession. Une fois que l’inventaire des biens du défunt est réalisé, l’héritier peut connaitre sa part dans la succession. Pour cela, il existe des barèmes fiscaux qui sont appliqués à cette part. Ensuite cette grosse somme à payer sera réduite par les abattements, ce qui fait gagner des réductions au successeur. Pour le calcul proprement dit, il est important de déterminer l’actif net taxable. Cela consiste à réaliser l’inventaire de tous les biens, que ce soit en immobilier ou en action. Ensuite, il faut déterminer le nombre d’héritiers pour pouvoir ensuite définir la part de chacun. Puis, appliquer l’abattement personnel pour chacune de ces parts tout en appliquant aussi un tarif exact. Enfin déterminer et appliquer toutes les réductions d’impôt.